Les Français(es) et les langues étrangères

Depuis des semaines, je pense écrire un article sur l’un des sujets que j’ai rencontré tout au long de mon séjour en France: La fameuse difficulté des Français(es) à apprendre les langues étrangères. Non seulement les étrangers ont ce a priori quant aux Français(es) mais aussi les Français(es) eux/elles-mêmes. En ce qui concerne la cause de cette difficulté, les avis se quittent pourtant. Tandis que les habitants de l’Hexagone sont souvent considérés comme trop arrogants pour avoir la volonté d’apprendre d’autres langues à l’international, les Français(es) donnent la faute au mauvais enseignement des langues étrangères à l’école. Comme il est le cas avec beaucoup de sujets de dispute, je pense que la vérité se trouve quelque part au milieu de ces deux propos.

Avant de vous décrire mes propres observations, voici ce que la presse française et international en écrit:

Le journaliste indépendant Jean-Claude Lewandowski qui tient un blog sur la page web du Monde  a consacré  un article à la maîtrise de l’anglais en France à la fin du mois de novembre 2013. Il y résume les résultats sur „la plus importante étude internationale sur la maîtrise de la langue anglaise“, réalisée par Education First. Cette étude classe la France au 35éme rang mondial. Elle est censé avoir un  niveau moyen faible et se trouve être „la moins bien classée des pays comparables“. Selon la responsable de l’étude, la France s’attarde à défendre la francophonie ce qui a de mauvaises répercussions sur l’enseignement et sur l’attitude de sa population vis-à-vis des langues étrangères. M.Lewandowski considère le manque de compétences en anglais comme une raison pour „les difficultés de la France à s’inscrire dans la mondialisation“. Il plaide pour un apprentissage de bonne heure ainsi que pour un encouragement des expériences à l’étranger.

A l’occasion du fauxpas linguistique de M.Hollande dans sa lettre de félicitations destinée à Barack Obama après de sa réélection, Atlantico a consacré un article à la question: „Pourquoi les Francais sont-ils aussi mauvais en langues étrangères?“. L’auteur de cet article nous donne ici trois raisons pour lesquelles ses compatriotes sont mauvais en langues étrangères:

1) Le fort attachement de la France à son passé glorieux, notamment à l’apogée de la France sur le plateau international au 17ème et 18ème siècle. Après, la France a perdu de plus en plus en puissance face aux Etats-Unis jusqu’à ce que ceux-ci se soient imposés comme première puissance mondiale  à la fin de la Première Guerre mondiale en 1918. A partir de là, le français a définitivement dû céder à l’anglais comme lingua franca. Cette perte représente toujours un point sensible dans la politique française.

2) L’attachement à son passé mentionné ci-dessus a pour conséquence un fort protectionnisme linguistique . Une loi de 1994, active depuis 1996, prévoit que 40 % des chansons diffusées par les radios privées soient de langue française. De plus, l’Académie française ainsi que le gouvernement essaient d’empêcher le plus possible une entrée des anglicismes dans la langue française.

3) L’enseignement „sec“ des langues étrangères qui préconise l’apprentissage par coeur. Selon l’auteur de l’article, il faut s’immerger dans une langue, la parler et l’écouter afin de développer de bonnes compétences.

Finalement, il plaide pour une consommation plus fréquente des séries et des films anglophones en anglais et pour une fin de la synchronisation.*

En Allemagne, on attribue souvent aux Français(es) le refus de parler anglais avec les touristes et les étrangers. Après une autre étude qui a classé la France très bas dans le classement au niveau des connaissances de l’anglais, le journal Die Welt a publié un article très méchant disant que ce n’est pas l’arrogance mais l’ignorance qui fait que les Français(es) ne parlent pas la langue de Hemingway. Selon cet article, la faute est au système scolaire et possiblement à un „défaut génétique“ (j’espère que l’auteur de cet article ne le pense pas sérieusement…).

Le magazine  GURU** donne la faute à la négligence de la pratique de l’oral dans les classes d’anglais. L’auteur  ajoute que le système scolaire français n’accorde pas beaucoup d’importance à l’enseignement de la langue de Shakespeare. Quoi qu’il en soit, il n’est pas d’avis que l’enseignement seul est coupable. Comme son collègue français de Atlantico, il mentionne l’exception culturelle française comme l’une des raisons principales pour la faible performance des Français(es) en anglais.

Après avoir assisté à des cours d’anglais au collège, au lycée et à la fac, je peux confirmer que l’enseignement des langues étrangères est catastrophique en France. J’ai beaucoup d’ami(e)s français(es) qui s’intéressent pour la culture anglophone et qui aiment bien la langue anglaise. Néanmoins, ils n’osent pas parler anglais car ils ont honte de leur prononciation. Comme le/la prof a plutôt le rôle d’un(e) conférencier(e) dans le système scolaire français, la pratique de l’oral est totalement mise de côté. A cela s’ajoute encore le fait qu’une grande partie du cours d’anglais est faite en français.

L’enseignement français est trop concentré sur la reproduction et la théorie.  Dans mon année universitaire en France, j’ai eu un cours sur les cultures anglophones*** qui était très révélateur pour l’image que j’ai du système éducatif français. Étant donné qu’on n’est que 28 personnes dans mes études (dont 12 Allemand(e)s et 16 Francais(es)) et qu’on a toujours été isolés du reste de la fac dans nos cours, ce cours était le seul ou je n’étais pas ensemble avec mes collègues, sauf une. Nous voilà donc, deux Allemandes, au milieu de la salle, entourées d’une vingtaine d’étudiants français. Tandis que nous étions très occupée à empêcher de nous endormir, le rang derrière du nôtre n’a cessé – pendant toutes les trois heures – de taper dans une folie qui m’est totalement inexplicable tout ce que le prof disait. A la fin, j’ai eu au maximum cinq pages de notations (écrit à la main) tandis que mon voisin de table a réussi de remplir 10 pages sur ordinateur. Pour moi, il est plus important de comprendre ce que le prof dit et d’y réfléchir moi-même que de pouvoir reproduire mot à mot ce que le prof a dit. Finalement, j’ai eu quand-même mes 14 sur 20 points! Ma collègue allemande en a eu 15! Et on n’a écrit ni en allemand ni en anglais (malgré l’offre du prof!).

Les Français(es) de ma génération adorent voyager, écoutent surtout de la musique anglophone et sont fans des séries et des films américains. Je n’ai pas fait la connaissance d’un seul jeune français qui refusait totalement l’apprentissage de l’anglais. Néanmoins, j’ai fait la connaissance de beaucoup de Français(es) avec des doutes de soi-même et avec une énorme timidité quant à la communication dans une autre langue. Les Français(es) – au moins les jeunes – ne sont pas arrogant(e)s et nostalgiques. Ils/Elles sont plutôt les victimes d’une politique trop protectionniste qui se manifeste surtout dans le système éducatif. Je suppose que le vent va changer quand une nouvelle génération entre dans le Palais de l’Élysée. Jusque-là, nos amis d’outre-Rhin doivent faire face au „préjugé des préjugés“ vis-à-vis de leur pays.

 

* J’aimerais évoquer ici qu’il est bien utile de regarder des séries et des films dans leur langue originale mais que cela n’aboutit pas automatiquement à une meilleure compétence linguistique. Il y a plusieurs types d’apprentissages. Pas tout le monde „est auditif“.

** Un magazine intéressant créé par des étudiants de la Maastricht University

*** Suite à une directive promulguée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, le cours était entièrement en français… Encore des questions? 🙂

Advertisements

Über tschellufjek

In Bearbeitung ;)
Dieser Beitrag wurde unter Polyglot, Uncategorized abgelegt und mit , , , verschlagwortet. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.

3 Antworten zu Les Français(es) et les langues étrangères

  1. Je me demande quel rang a obtenu l’Italie dans cette étude internationale dont tu parles. Je ne suis jamais allée à l’école en France, mais en Italie oui et je me souviens que le niveau d’anglais était beaucoup plus bas qu’en Allemagne et que la prononciation de la prof était tout à fait horrible. (On peut voir les résultats ici : https://www.youtube.com/watch?v=6FtSECM_1mU)
    En France, j’ai connu un peu le système universitaire (un semestre en Erasmus), j’ai suivi entre autres un cours de littérature italienne et il était en italien (tandis qu’en Allemagne la plupart des cours pour les étudiant·e·s de Romanistik étaient en allemand). On pourrait penser que les personnes qui ont terminé des études de ce type parlent très bien italien, mais il est vrai que c’était surtout la prof qui parlait; les étudiant·e·s prenaient des notes.

Kommentar verfassen

Trage deine Daten unten ein oder klicke ein Icon um dich einzuloggen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s